La formulation selon laquelle les parties “conviennent de se consulter pour examiner l’opportunité de soumettre leur différend à un arbitrage ou pour refuser l’arbitrage” institue une consultation préalable sans caractère obligatoire et ne comporte aucune obligation des parties de recourir à l’arbitrage.