Cour de cassation, chambre civile 1, 4 mai 2017, no. 16-17358

L’annulation de la sentence est justifiée là où la sentence, bien que datée du dernier jour de la période fixée pour rendre la sentence, a été signée par l’arbitre trois jours plus tard.